Marche  et  Démarche

L'art peut sauver le monde
ŒUVRES

1954-2016
  :  Marche et Démarche 

« L’Homme », spiritualité dans la matière, est au centre des questionnements de Christiane Seguin. La géométrie, les nombres, les symboles s’entrelacent pour former une structure présente, visible ou sous-jacente, dans laquelle s’insère la Vie, le plus souvent Humaine bipèdique.  
L’Œuvre se construit par étapes; recherches et réflexions développées dans de nombreux textes pour ensuite être manifestées en séries distinctes vers La Synthèse…  La Vision globale du Tout cohérent.
Les Déracinés
Décalé
Techniques  - modes d’expression : 


dessin au crayon, à la mine de plomb, à la plume et encres de Chine; graphite, craie…

gravures et
photos,
croquis de voyages,
aquarelles…

peinture à l’huile sur toiles de jute ou de lin, préparation traditionnelle à la colle animale.

Monotypes - pigments et polymères -
papiers marouflés sur bois ou sur toiles.

Collages de « courbe », « petits papiers », « traces » et autres matériaux…  

Papier créé par accumulation rehaussé de pigments

Autres : poudre de marbre, objets, « bidules »…
              Ecrits, nombreux textes…

1960-1987 :  
 
    Années 1960-1975  :    Les Figuratifs
    Années 1980-1987  :    La Recherche de Matière


1988-1991 : Géométries de l’Espace et symétries - du vivant et du minéral

    Années 1988-89   :     Univers Euclidien ou série Lycanos.
    Années 1990-91    :     Univers courbe
                                                                Le cercle est rompu. Les Arcs de cercle sont agencés pour une lecture inhabituelle d’infime instant incrusté dans la matière.


1991-1997   :     Objets - Re-cyclage  et   Rouleaux involutes   :    
                                 Supports souples pour des arcs chargés de rythmes et de sens.
                                                                 
1998-2002 :  Dographies  
                      Phase née d’une rencontre de lettres-courriers. Graphie étonnante et latine.

2002 :     Segmol - Des fragments d’œuvres de Moli, artiste familier, intégrés pour donner vie  à une série « mosaïque papiers » colorée.


2005-2008   :     Web – mandala
                                   Structuration de la matière en réseaux, trajectoires de Vie et de mémoires dans lesquels l’Homme s’insère. Mandala symbole de l’Univers, support à la méditation.


2010-16    :     Gestalt-Bini
                                       Retour du « bipède » inscrit dans la matière originelle.
                                       Corps-âme, Gestuel-Gestation deux par deux.

    Années 2010-16   :      Des Rouleaux - Matières et Dessins Dans la matière l’humanité prend forme en amas de possibilités qui explosent en énergie révélée.

    Années 2012-16   :     Des Panneaux       
                                                            Bipèdes jetés en gestes amples et enveloppants de tendresse recouverts par un voile de lucidité. Ils émergent, dénudés, aspirant au retour, comme au jour de la création.

Quelques notes !  Celle ci du 11/02/2010 -  Encore et pourquoi ?
Plus d’un demi siècle de questionnement, de curiosité tout azimut ou presque …. Et je continue, avec grand plaisir, délectation …. Drogue, j’ai du tomber dedans …en naissant.
Et je me nourris de TOUT.
Avec un plus grand plaisir pour ce qui me fait vibrer intérieurement, jouissance quasi orgasmique de l’âme et du corps, plénitude déjà dans cette réflexion qui me transporte et que j’ai ensuite envie de transmettre dans l’acte de plaisir extrême, en oubli de soi, don total par et dans mes « œuvres » .


Vaste programme, prétentieux ?   Non.
Simple geste vers l’Autre qui le percevra ou non ; pari réussi ou non dans le temps …  possibilité de compréhension en fonction de l’amateur « formé »  ou « déformé » par son environnement, effet de mode, bourrage de crâne …  les causes ?  les effets ?  …
S’il y a concomitance de déformations dans l’espace et le temps, mes « transmissions » trouveront un écho en Eux.
Nos réseaux se calqueront l’un à l’autre, fusion des sens, du sens … Le délire de l’esprit, la folie des courbes, le jeu fascinant des plans ; et ensemble nous irons tournoyer dans l’espace, nous perdre dans le temps aux infinis possibilités.
Les amas de potentialités explosent en énergie révélée enfin ; les univers soupçonnés dévoilés.
Les chaos apparents, les ordres cachés, interférent, s’intervertissent ; les points de vue divergent, convergent, ne sont plus figés et ne sont plus inscrits dans nos « habitudes » que comme superstitions …. à reconsidérer encore et encore.
Illusion constructive en un temps T fugitif
Impermanence quantique. Mon ordi me corrige en impertinence! a-t-il raison? avec son disque dur il prétend méconnaitre l’impermanence!
La ligne droite se courbe, l’espace fuit sans horizon, sans cause  immédiate identifiée, les repères de tradition attendus se dissolvent dans un treillage souple aux mailles fluides et sans cesse changeant.
Je construis cet « ordre » illusoire qui me rassure et m’enferme temporairement.
Structure cristallisée, tremplin vibrant pour des sauts osés ; édifice érigé pour des visions lointaines autres ; système dynamique, tunnel de verre pour des trajectoires irisées dans les transparences des strates aux confins des mondes inventés.
Agencement par nécessité aveugle baigné dans un magma de couleurs « uniques » intimement liées ; harmonie des longueurs d’ondes qui en lignes vibrantes atteignent au cœur de l’être.

Faisons du changement en toute chose un « ordre » nouveau.
Bonnes et mauvaises surprises se recouvrent, s’estompent, s’annulent, s’effacent ; renaissent autres.
Entendement, connaissance, accoutumance, croyance, instinct …. Imagination ! Leurre humain.  
Mais attention à l’Echelle !!
Et en certains sens à la marche et dé - marche !       Jeu de dés ?






     
Créé avec Artmajeur